BIOGRAPHIE

Originaire du quartier cosmopolite de Barbès dans le 18e arrondissement de Paris la Scred Connexion (« Scred » verlan de « Discret ») est un collectif de Rap français qui s’est formé en 1998.

Ce collectif composé d’Ahmed Koma, Morad, Mokless et Haroun se distingue par la qualité de ses textes et des valeurs que prônent les 4 rappeurs. Le collectif est connu pour son engagement et son éthique, que ce soit par un regard posé sur la société comme dans le titre « justice pour tous » ou une critique du rap tel que le morceau « remballe », la Scred Connexion pousse à la réflexion et cherche à fédérer. Ne suivant pas les modes le collectif a su créer sa propre identité portée par son célèbre slogan :

« Jamais dans la tendance mais toujours dans la bonne direction »

En 1994 Fabe vient s’installer dans le quartier de Barbès où il se lie d’amitié avec Koma.Les 2 rappeurs décident de faire ensemble des scènes et sillonnent les mix tapes et émissions radio du hip-hop parisien telles que Génération 88.2, F.P.P ou Nova. Le terme « Scred » est utilisé pour la première fois en 1996 à l’occasion du premier mini album de Koma «Tout est calculé» et à la création du label indépendant «Scred Prod» sur lequel on retrouvera Morad en invité pour le morceau la « vie de quartier ».

Koma, originaire du quartier de Barbés tout comme Morad, propose à Fabe que celui-ci les intègre dès 1997 et ensemble ils feront des concerts partout en France. Le collectif n’existe pas encore et c’est en 1998 à l’ occasion du projet du dj Cut Killer «Opération Freestyle » que Mokless et Haroun (eux aussi de Barbès) rejoignent Fabe, Koma et Morad, de là, s’en suivent la production de 2 maxis vinyles du collectif Scred Connexion, « Bouteille de gaz » de Haroun et Mokless puis le premier maxi du collectif « Parti de rien/tranchant ». En parallèle Fabe sort ses albums solos et Koma sort aussi le sien « le réveil » en 1999 sur lequel tout le collectif participera et dont Haroun assurera des prods tel que « loin des rêves ».

En 2000 après son album «La rage de dire» Fabe décide d’arrêter sa carrière musicale, la Scred Connexion ne s’arrête pas pour autant et la même année ils sortent en totale indépendance le disque «Scred Selexion 01», compilation des titres enregistrés lors des maxis et compilations tels que les morceaux « Le bonheur », « Le beat qui tue », «La routine»…annonçant un album attendu et à venir.

« Le plus connu des groupes inconnus »

Peu exposée médiatiquement, la Scred reste intègre en suivant sa propre direction artistique et refusant de rentrer dans la logique commerciale des radios et majors… En 2002 le collectif sort son premier album nommé « Du mal à s’confier ».Fer de lance d’un hip-hop qui se veut indépendant, la Scred réussit le pari de se faire connaitre d’un plus large public tout en restant fidèle à ses convictions avec des titres comme « Introduxion », « On pense tous monnaie monnaie » ou »renverser la vapeur ». On y découvre aussi la particularité de chaque rappeur du collectif, la rage ou la mélancolie de Koma, l’humour et les images de Mokless, la sincérité et la poésie de Morad ou le purisme et les beats aux boucles soul samplées par Haroun.

Entre 2002 et 2007 ils font des concerts partout en France, Suisse, Belgique et sortent « Scred Selexion 2 » et « Scred Selexion 3 spécial Mokless » accompagnés du maxi « Coup de maitre ». De son côté, Haroun, sur son propre label « Front Kick », offre au public son premier album solo « Au front » dont il assurera paroles et musiques et sur lequel on retrouvera les plébiscités « Le Zonard » ou « Sur scène ».

En 2008 le collectif sort son deuxième album « Ni vu…Ni connu », les textes gagnent en maturité à l’image des morceaux « les nerfs à vifs » ou « coups d’blues », toujours ancrés dans la réalité sociale, des morceaux comme « la somme de toutes les peurs » ou « le poids des préjugés » dénoncent le regard et les clichés que la société et les médias portent sur les quartiers. Fidèle à elle-même la Scred livre un album engagé, adulte et conscient.

« La Scred en live…c’est de la bombe et les vrai(e)s le savent… »

la suite sera la reprise de concerts et de festivals, tels que « Paris hip-hop », « l’Original festival de Lyon »,« la fête de l’humanité »… Le collectif trouve son public avec qui il crée un vrai lien et une vraie connivence, d’années en années la Scred se fait connaitre par des générations différentes, d’oreilles en oreilles elle fidélise son public en restant sincère et en ayant créé un véritable état d’esprit « Scred » avec comme logo sur leur t-shirt un bonhomme habillé d’une paire de basket, d’un bob et un foulard signifiant que le « message n’a pas de visage ».

DJ SIMSIMA est depuis 1995 un fervent activiste du « DJing » en France qui épaule la Scred depuis 2006. .Pendant une dizaine d’années, il va se forger son style et se faire un nom dans sa région d’origine (Nord) en étant programmé dans de nombreux événements: soirées, concerts, festivals.2004 marque l’année de son arrivée à Paris. Rapidement, son style précis et technique, associée à une sélection infaillible lui permettent de se faire repérer & jouer en soirées et à l’ouverture de nombreux concerts d’artistes américains :Method Man & Redman, Erykah Badu, Mobb Deep, RZA, Ice Cube, Fat Joe, Jadakiss, Beatnuts,Nas & Damian Marley, DJ Premier, DJ Jazzy Jeff… La liste est longue.

Octobre 2010 marque un tournant: Simsima participe à son 1er contest DJ, il remporte le Redbull Thre3style Paris et se place 2ème à la finale nationale. Son style et sa présence scénique lui valent d’être invité pour mixer aux cotés de Jazzy Jeff, Klever & Craze à la finale mondiale de la compétition.

Sur le terrain la Scred Connexion est également très active, ils participent à des ateliers écritures, transmettant ainsi leur passion des mots et de l’écriture aux plus jeunes, soutiennent des causes comme la lutte contre le FN, le droit au logement et interviennent dans les prisons en y faisant des concerts.

En 2011 le premier projet solo de Mokless sort « Le poids des mots » avec le clip « On s’habitue à tout » comme premier extrait. En 2012 c’est au tour de Morad de sortir son premier album solo «Le survivant» et de faire découvrir au public son univers avec des morceaux comme « un point c’est tout » ou «j’prends le temps».

Un même collectif mais 4 univers, 4 écritures ,4 personnalités qui ont une direction commune.